blague du jour, histoires dr√īles

Préjudice physique

Une femme se rend au commissariat de police.
Ma√ģtre, je souhaite porter plainte contre mon mari pour pr√©judice physique !
- Quel est le motif ?
- Il me sodomise soir et matin !!
- Ch√®re madame, vos habitudes sexuelles ne regardent que votre couple et je ne vois pas o√Ļ est le pr√©judice physique...
- Mais ma√ģtre, avant le mariage, j'avais un trou du cul de la taille d'une pi√®ce de 50 centimes et maintenant il est de celle d'une pi√®ce de 5 francs !!!
- Allons, madame, on n'attaque pas son époux pour 4 francs 50...

Concours de chasse…

Trois groupes de militaires, de gendarmes et de policiers s'ennuyaient.. Ils d√©cid√®rent alors de faire un concours de chasse au plus gros lapin. Les militaires partirent et ramen√®rent un beau gros lapin d'au moins 3 kg. Les gendarmes a leur tour ramen√®rent aussi un lapin mais h√©las d'√† peine 1kg. Au tour des policiers. Une heure passe, deux heures passent... trois heures, quatre heures,.... Les militaires et les gendarmes commencent √† s'inqui√©ter et partent √† leur recherche. Ils trouvent les policiers autour d'un cochon qu'ils sont en train de passer √† tabac, en le bastonnant sans merci et en r√©p√©tant √† tour de r√īle :
- Avoue que t'es un lapin

Contr√īle

Un gendarme en moto arrête un gars pour excès de vitesse manifeste. Le gendarme :
Monsieur, pourrais-je voir votre permis de conduire, s'il-vous-pla√ģt?
Le conducteur :
- Je n'en ai plus. On me l'a retiré il y a des mois après 5 infractions graves.
- Puis-je voir les papiers du véhicule? * Je ne sais pas. Ce n'est pas ma voiture, je l'ai volée.
- Ce véhicule est volé ??
- C'est exact. Mais maintenant que j'y pense, j'ai cru voir des papiers dans la bo√ģte √† gants, quand j'y ai rang√© mon revolver.
- Il y a un revolver dans la bo√ģte √† gants ???
- Oui, Monsieur. C'est là que je l'ai mis quand j'ai tué cette femme et pris sa voiture.
- Vous... vous avez tué la propriétaire de cette voiture ??
- Oui, Monsieur. Le cadavre est d'ailleurs encore dans le coffre.
- Le ... le cadavre est dans ... le coffre ??!?
- Oui, Monsieur.
Le gendarme recule de deux pas, empoigne sa radio et appelle des secours, qui arrivent vite fait, encerclant la voiture. Un officier s'approche du conducteur.
- Puis-je voir vos papiers, Monsieur?
- Voici.
Les papiers sont en ordre. L'officier :
- Puis-je voir les papiers du véhicule ?
Le conducteur ouvre la bo√ģte √† gants, les 10 tireurs d'√©lite entourant la voiture, √©paulent. Le conducteur sort les papiers. Il est bien le propri√©taire de la voiture. L'officier, jetant un oeil dans la bo√ģte :
- Vous n'avez pas d'arme?
- Non, Monsieur.
- Voulez-vous sortir de votre voiture, sans mouvement brusque, et ouvrir votre coffre ?
Le conducteur sort. Ouvre le coffre. Qui est vide. Evidemment. L'officier :
- Je ne comprends pas, Monsieur, il m'a √©t√© rapport√© que vous conduisiez, sans papiers, cette voiture vol√©e apr√®s avoir tu√© sa passag√®re au moyen d'une arme cach√©e dans la bo√ģte √† gants, et dont le corps se trouvait dans le coffre ...
- Et je suppose que le type qui vous a raconté cela vous a dit aussi que je roulais trop vite …


Page : 1 2